Dernières chroniques

Dernières chroniques publiées


dimanche 31 janvier 2016

In My Mailbox (94)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog  Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.




Cette semaine, j'ai fait pas mal d'achats mais je ne vous montre pas tout car je pense que les livres sur la pédagogie ne vous intéressent pas ^^ et aussi parce que certains sont pour l'anniversaire de mon frère. Pour moi j'ai pris deux livres dont j'adore les dessins : un de Beatrix Potter et un album sur lequel je suis tombée par hasard en cherchant un autre titre. Dans les deux cas, il se dégage une vraie douceur de ces dessins et j'ai complètement craqué. J'ai également pris La tombe des lucioles, qui a inspiré un film dont j'ai beaucoup entendu parler car je voudrais en connaître l'histoire.

Je pense qu'à l'avenir, je passerai plus souvent dans le rayon jeunesse car on y trouve de très beaux albums :)3


mercredi 27 janvier 2016

In My Mailbox (93)



In My Mailbox a été mis en place par Kristi du blog The Story Siren et inspiré par Alea du blog  Pop Culture Junkie. C’est un moyen de partager les livres reçus chaque semaine dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés ou empruntés à la bibliothèque.




J'étais bien partie pour ne pas faire d'IMM puisque je n'avais pas fait d'achats mais j'ai vu que le dernier tome d'Alpha et Oméga était sorti, tout comme la suite de Légion (que j'ai lu récemment et adoré). Et en librairie, j'ai craqué sur un roman d'Elizabeth Gaskell, une auteure que je veux absolument lire, et sur L'épée d'Attila (j'ai vu trop tard que c'était un tome 2, j'espère que ça ne gênera pas à la lecture).


samedi 23 janvier 2016

La maitresse de Rome, Kate Quinn


Jeune esclave juive soumise aux caprices de l'arrogante Lepida Pollia, sa maîtresse, Thea connaît pour la première fois le bonheur dans les bras du gladiateur Arius le Barbare, la nouvelle coqueluche de Rome.

Mais leur idylle attise la jalousie de Lepida, qui s'emploie de son mieux à les séparer. Cette dernière ne sera pas le seul obstacle à se présenter sur la route des deux amants.



Mon avis :

Le livre fait malheureusement partie de ceux dont la quatrième de couverture vous révèle une grande partie de l’histoire… Je n'ai donc pas mis le texte en intégralité pour cette chronique. Toutefois, ça ne m’a pas empêchée de l’adorer car si j’ai créé la catégorie « Méga coup de cœur », c’est à cause de lui. Une fois lancée dans la lecture, je n’ai pas pu m’arrêter avant d’avoir lu la dernière page.


L’histoire de Théa est tout simplement passionnante. D’esclave, elle va atteindre les sommets de l’Empire d’une manière toute à fait crédible. Car c’est ce qui me faisait peur quand j’ai lu la quatrième de couverture, c’est que ce soit une héroïne à qui tout réussit trop bien. Mais pas du tout, c’est dans les larmes et la souffrance que Théa gravira les marches la menant au sommet. Et même là-haut, il faudra qu’elle puise dans sa force de caractère pour ne pas abandonner sa lutte. J’ai adoré ce personnage qui ne s’apitoie jamais sur son sort et qui fait tout pour s’en sortir.

De l’autre côté, on a Arius, touchant dans sa sauvagerie. Lui aussi doit se montrer fort pour survivre à ce qu’il endure mais il le vit différemment de Théa. Alors qu’elle sait rester stoïque, lui se montre plus violent.

Je n’ai attendu qu’une seule chose dans cette lecture, c’est qu’ils se retrouvent. Je ne vous dirai rien à ce sujet si ce n’est que je n’ai pas été déçue par les tournants de l’histoire. Comme dit plus haut, rien dans les rebondissements ne m’a paru abusé, j’ai toujours vu la logique de l’enchaînement des événements.

Un autre personnage est mis en lumière : Lepida, la maîtresse de Théa. Cette femme, j’ai aimé la haïr, c’est l’une des pires garces que j’ai vu. Son parcours à elle ne démérite pas par rapport à celui des deux autres même si elle a d’autres objectifs et surtout d’autres manières de les atteindre… C’est une méchante, une vraie et elle fait bien plus de ravages que d’autres dont la violence vient de la folie plus que de la manipulation et de la séduction.


Pour terminer, je ne peux dire qu’une chose : c’est génial, lisez le !



samedi 16 janvier 2016

Bilan ~ Décembre







Bilan ~ Novembre







Bilan ~ Octobre







Un deux trois, Agatha Christie


On a beau s'appeler Hercule Poirot, on se sent bien peu de chose, renversé dans le fauteuil du dentiste, prêt pour le supplice. L'illustre détective est beaucoup plus à son aise en face d'une affaire criminelle embrouillée.

Qu'à cela ne tienne ! Cette séance humiliante va donner à Poirot l'occasion de montrer son extraordinaire talent.



Mon avis :

Avec cette auteure, je suis rarement déçue et encore moins quand il s’agit d’une affaire impliquant Hercule Poirot. 

Encore une fois j’ai beaucoup apprécié ! J’aime cette façon qu’a l’auteure d’imbriquer plusieurs intrigues qui se rejoignent finalement pour donner la solution. Chaque détail a son importance et elle sait les semer un peu partout sans insister, ce qui nous donne le sentiment que telle ou telle information n’est pas fondamentale alors que c’est justement ça qui va faire réagir Poirot. 

Je ne peux pas vraiment en dire plus sinon je vais vous révéler des choses mais comme souvent, on est mené par le bout du nez et il faut bien le talent de Poirot pour démêler le sac de nœuds formé par la mort de son dentiste. 



jeudi 14 janvier 2016

Jeu de piste (Alpha & Oméga, tome 3), Patricia Briggs


Depuis que les loups ont révélé leur existence, Charles, l’exécuteur du Marrok, sillonne le pays pour discipliner les meutes par la force. Bien qu’il assume cette fonction avec stoïcisme, sa compagne, Anna, sait que toute cette violence le ronge.

Afin de le sortir de son rôle de bourreau, elle va l’entraîner dans une collaboration à haut risque avec le FBI pour traquer un dangereux tueur en série. Un tueur qui considère les loups garous comme des proies de premier choix…



Mon avis :

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu un roman de Patricia Briggs et en replongeant dans Alpha et Oméga, j’ai immédiatement constaté que ça m’avait manqué. Déjà parce que j’adore les membres de la meute de Bran mais surtout parce que j’aime le développement psychologique des personnages chez cette auteure. Et là que Anna semble avoir trouvé un équilibre, c’est Charles qui débloque complètement à cause de son rôle d’exécuteur.


A ces problèmes personnels et donc de couple, se mêle habilement une histoire de tueur en série. J’ai vraiment été prise par cette enquête, à tel point que je mettrais ce tome au même niveau que ceux de la série Mercy Thompson. J’ai eu l’impression d’être dans la série Esprits criminels (que j’adore) mais avec des loups garous et des faes.

Car dans ce tome, les trois « peuples » majeurs sont représentés, avec pour représentants des personnages forts avec un caractère et une personnalité très bien construits : les humains, les loups garous et les faes. Les liens entre eux sont développés et le fae qui intègre l’intrigue permet de vraiment s’intégrer émotionnellement dans l’histoire puisque c’est un de ses proches qui est concerné. L’enquête est palpitante, je voulais savoir qui était derrière tout ça, pourquoi il avait agi ainsi et comment il avait échappé aux forces de l’ordre pendant toutes ces années. La réponse ne m’a absolument pas déçue ! 


Le problème de Charles fait intervenir sa double origine (loup garou et chamane) et comme toujours, l’auteure sait enrichir son univers. Elle le fait en ce qui concerne les liens de meute, la nature d’un omega mais aussi l’univers des sorcières et des faes. Si il y a bien quelque chose que j’adore chez cette auteure, c’est qu’elle ne délaisse pas l’environnement dans lequel ses personnages évoluent et le dernier événement du roman laisse présager un grand chamboulement…

Encore un excellent moment avec cette auteure et surement le meilleur tome depuis le début de cette série.




mardi 12 janvier 2016